Choix d’un hébergeur WordPress : pourquoi je conseille SiteGround

Bien choisir l’hébergeur de son blog sous WordPress est vital.

Je ne résiste pas à la tentation de citer la page de WordPress concernant l’hébergement, malheureusement non traduite en français :

Just like flowers need the right environment to grow, WordPress works best when it’s in a rich hosting environment.

En français, cela donnerait approximativement « Tout comme les fleurs ont besoin d’un bon environnement pour s’épanouir, WordPress fonctionne mieux dans un hébergement riche ».

Un choix inadapté peut avoir plusieurs conséquences :

  • si votre hébergement n’est pas assez rapide, vos lecteurs sur mobile seront rebutés par la lenteur de votre blog
  • en l’absence d’un support de qualité, vous serez livré à vous-même
  • les restrictions mises en place par un hébergeur bas de gamme vont vous brider dans les possibilités d’évolution

Pour ne rien arranger, le choix d’un hébergeur peut être paraître intimidant. Ce ne sont en effet pas les offres qui manquent, en France comme à l’international. Chacun met en avant le critère qui l’arrange, en noyant en général le client potentiel sous un déluge de termes techniques.

Nous allons voir ensemble comment faire le tri parmi les offres d’hébergement WordPress existantes, et pourquoi je recommande SiteGround. Ensuite, nous verrons pas à pas comment se passe la souscription et l’installation de WordPress.

Mais avant tout, commençons par causer finance !

Hébergeur gratuit contre hébergeur payant

Passer par un hébergeur gratuit pour son blog peut paraître tentant. Outre l’aspect financier, ce choix limite en effet le besoin de se frotter à des considération techniques qui sont nécessaires pour choisir un hébergeur payant.

Pour autant, est-ce un bon choix ? Je pense que non. Voyons pourquoi !

Quel sont les avantages et inconvénients d’un hébergeur gratuit ?

Il est possible de créer un blog sur une plateforme gratuite telle que wordpress.com. Dans ce cas, l’hébergement est gratuit, et le site hébergé sur un sous-domaine, tel que monblog.wordpress.com

Le plus gros avantage est bien sûr financier. Si le coût d’un hébergeur payant est devenu très faible, il est bien évidemment plus élevé que pour un service gratuit 🙂 De plus, le fait de devoir payer sur internet peut rebuter certaines personnes, pour des raisons de sécurité. Enfin, cela évite de se poser des questions quant au choix de l’hébergeur, car on n’a pas se soucier des caractéristiques de l’hébergement.

Leur plus gros défaut ? Il est souvent impossible d’ajouter des extensions WordPress, qui permettent d’ajouter des fonctionnalités à ce dernier. De la même façon, personnaliser son apparence en choisissant librement son thème est généralement aussi impossible.

De plus, l’hébergeur impose souvent un bandeau de publicité dans votre blog, sur lequel vous n’aurez aucun contrôle.

Prenons concrètement l’exemple de wordpress.com; voici les fonctionnalités disponibles dans la version gratuite.

Liste des fonctionnalités disponibles sur l'hébergement gratuit wordpress.com

Vous aurez certes accès à « des dizaines » de thèmes gratuits, mais il par exemple sera impossible d’en choisir d’autres que ceux proposés par la plateforme. C’est loin d’être la seule restriction, comme on peut le voir sur cette seconde copie d’écran :

Liste des fonctionnalités non disponibles sur l'hébergement gratuit wordpress.com

Ainsi, l’installation d’extensions sera elle aussi bridée. Dans un registre différent, il sera impossible d’utiliser Google Analytics pour analyser votre trafic. Enfin, un bandeau de publicité pour wordpress.com apparaîtra forcément en bas de votre blog.

Petite digression : la différence entre wordpress.org et wordpress.com

La différence entre ces deux noms de domaine prête souvent à confusion. Cependant, ils ont un but bien distinct.

Le site wordpress.org est la vitrine du programme WordPress; il permet donc de s’informer sur ce projet, et de le télécharger pour les utilisateurs désirant l’installer manuellement. Comme nous le verront bientôt, cette étape n’est que très rarement nécessaire; en effet, chez la plupart des hébergeurs web, WordPress s’installe d’un clic de souris.

D’un autre côté, wordpress.com propose d’héberger des blogs – en utilisant bien sûr WordPress comme moteur -.

Que fournit un hébergeur payant ?

Quand on parle d’hébergement payant, il y a en fait deux composantes :

  • L’achat du nom de domaine (“jeremycuisine.fr” si vous créez en blog de recettes, “marieenasie.org” pour parler de vos voyages…).
  • L’hébergement proprement dit, c’est à dire pouvoir stocker votre blog (les texte, photos…) sur les serveurs de votre hébergeur

S’il est possible d’acheter séparément le nom de domaine et l’hébergement, cette option n’a en pratique que peu d’intérêt. C’est d’autant plus vrai que beaucoup d’hébergeurs offrent le nom de domaine la première année.

A noter que si on parle d’achat de nom de domaine, dans les fait il s’agit plutôt d’une location, puisqu’il faut renouveler son contrat tous les ans. L’hébergement est quant à lui parfois payable mensuellement, même si les options à l’année (ou plus) sont souvent plus avantageuses.

Les hébergeurs offrent aussi un grand nombre de fonctionnalités supplémentaires :

  • Création d’adresses e-mail correspondant à votre site – plutôt que d’avoir une adresse sur Gmail ou autres –
  • Ajout de certificat SSL permettant une connexion sécurisée à votre blog
  • Connexion via FTP pour pouvoir ajouter ou éditer des fichiers directement sur le serveur de votre hébergeur – c’est parfois la seule solution si un problème arrive avec votre installation WordPress ! –

De quel montant parle-t-on ?

L’hébergement ainsi que l’achat du nom de domaine associé reviennent en tout à moins de 10 euros par mois; chez certains hébergeurs, il est possible de descendre à moins de 2€ mensuels la première année, quand le nom de domaine est offert.

Pour prendre un exemple très concret, j’ai payé 186€ pour 3 ans d’hébergement chez SiteGround, en incluant la souscription du nom de domaine pour un an. En ajoutant les frais de renouvellement de domaine (une quinzaine d’euros annuels), mon hébergement me revient à environ six euros par mois. C’est le prix d’un café par semaine, pour un hébergement de qualité et recommandé par WordPress !

En-dehors de ce coût, la solution proposée ici repose sur des composants (thèmes, extensions) entièrement gratuits. Certains élément proposent des fonctionnalités supplémentaires payantes, mais celles-ci ne sont pas nécessaires pour une utilisation normale.

Hébergeur gratuit ou payant : comparaison côté à côté

CritèreHébergeur gratuitHébergeur payant
CoûtGratuitEn général entre 5 et 10 euros par mois
Installation de WordPressPré-installéProcédure d’installation variable suivant l’hébergeur (mais sans difficulté technique)
Choix de l’offrePas besoin de s’intéresser à la techniqueComparaison parfois difficile entre les différentes formules
Nom du siteAssez long : par exemple, patrickbricole.wordpress.comAisément mémorisable : patrickbricole.com ou patrickbricole.fr
PerformanceSouvent plus faible qu’un hébergement payantVarie d’un hébergeur à l’autre, mais en général bien meilleure qu’un hébergeur gratuit
Installation d’extensions et thèmesSouvent impossibleLiberté totale d’installation des composants WordPress
SupportLimité ou inexistantSupport dédié
PublicitéPrésence possible de publicitéAucune publicité, sauf si vous le désirez

Mon conseil : ne pas se laisser tenter par un hébergeur gratuit

Au vu du faible coût d’un hébergement, je conseille fortement de vous tourner vers une plateforme payante. Si la quasi-totalité de cette formation est utilisable chez la plupart des hébergeurs payants, ce n’est pas le cas chez les hébergeurs gratuits en raison de l’impossibilité de gérer librement les extensions et thèmes WordPress.

Passons maintenant en revue les critères pertinents pour comparer les offres des hébergeurs.

Affichage des prix : attention aux astuces marketing des hébergeurs

Concernant ce dernier point, deux pièges assez courant sont à éviter. Le premier, chez les hébergeurs français, est l’affichage des prix hors taxe. Quant aux américains, ils raffolent de la technique consistant à consentir une énorme réduction le premier mois (ou la première année), en mettant en avant ce prix… par contre, passé ce délai, le prix n’est parfois plus du tout intéressant lors du renouvellement. Méfiance donc !

Critères de choix de son hébergeur WordPress

Parmi les caractéristiques mises en avant par les hébergeurs WordPress, deux reviennent systématiquement :

  • La quantité d’espace disque disponible
  • La taille de l’espace alloué en base de données

La différence peut paraître peu claire, et les tailles indiquées ne vous parleront peut-être pas beaucoup. Décryptons-les ensemble !

L’espace disque sert d’abord à installer, les thèmes et les extensions, ainsi que les fichiers (principalement des images) apparaissant sur le blog. La base de donnée, elle, ne stocke que le texte (code HTML) du blog et les réglages de WordPress et ses extensions. Sa taille n’a donc pas un aspect critique; même un gros site n’a besoin que d’assez peu d’espace. Par exemple, la base de données de Endless Travel a une taille de 100 méga-octets, alors qu’elle stocke aussi des anciens sites. Une base de données de 200 méga-octets sera suffisante pour la plupart des sites web.

L’espace disque occupé par les photos peut, lui, grimper assez vite; cependant, les hébergeurs sont souvent assez généreux. Par exemple, une image typique sur Endless Travel, redimensionnée à 1500 pixels de large et optimisée pour réduire sa taille occupe au maximum 500 kilo-octets (ko). Il faudrait donc qu’on stocke 2000 photos pour occuper un seul giga-octet, alors que notre hébergeur nous en alloue cent ! Là encore, pas la peine d’investir dans une offre comprenant un espace disque énorme; 10 giga-octets seront souvent amplement suffisants.

De façon peu intuitive, il faut se méfier des offres proposant un espace de stockage trop important. En effet, des disques durs rapides représentent un gros budget pour votre hébergeur. Un hébergeur trop généreux quant à l’espace disque utilise probablement du matériel de moindre qualité, ce qui se traduira par un accès plus lent à votre site ! Si leur utilisation de garantit pas forcément des performances optimales, mieux vaut choisir un hébergeur mettant en avant l’utilisation de disques dur SSD.

Petit aparté : liens d’affiliation

Parmi les liens menant aux trois hébergeurs que je cite dans cet article, les deux que je recommande (o2switch et SiteGround) sont des liens d’affiliation. Cela signifie que si vous passez commande chez eux, je touche une rémunération pour me remercier de leur avoir amené un client.

Pourquoi je n’utilise plus OVHcloud (nouveau nom d’OVH) sur mes nouveaux sites

J’étais un fidèle client d’OVHcloud sur plusieurs blogs; cependant, j’ai subi de nombreuses interruptions de service, parfois assez longues. Autre inconvénient, leur interface d’administration du site est assez peu flexible et les opérations de maintenance sont souvent longues. Enfin, les conditions de renouvellement sont assez opaques : aucune mention du nouveau tarif n’apparaît, et il faut se rendre sur le site afin de faire une simulation de paiement pour savoir combien on va payer !

Pour les budgets très serrés, OVHcloud propose une offre nommée Kimsufi, pour le prix imbattable de 1,79€ par mois. Je l’utilise encore sur un de mes sites peu consommateur en ressources, et elle me donne satisfaction pour cet usage simple. Cependant, le support se faisant uniquement via un système de tickets, il est dur de la recommander aux débutants.

Résumé de l'offre Kimsufi d'OVH

Avantages d’OVH

  • Support en Français
  • Une société reconnue pour son savoir-faire
  • Offre d’hébergement Kimsufi à moins de deux euros par mois

Inconvénients d’OVH

  • Offre peu claire
  • Support peu réactif
  • Beaucoup d’interruptions de service (courtes)
  • Interface d’administration propriétaire et peu agréable

SiteGround : l’hébergeur WordPress que je recommande désormais

Les lecteurs en recherche d’une société reconnue pourront se tourner vers SiteGround, que j’utilise pour Un blog pas à pas. Cet hébergeur américain fait partie des trois sociétés recommandées par wordpress.org. Elle propose une offre dédiée à l’hébergement WordPress (« Managed WordPress Hosting »), déclinée en plusieurs formules.

La formule “StartUp” à moins de cinq euros par mois initialement (puis une douzaine d’euros mensuels lors du renouvellement) sera suffisante pour la plupart des usages.

Tarification des différentes formules pour l'hébergement WordPress chez SiteGround
Tarification des différentes formules pour l’hébergement WordPress chez SiteGround

On note d’emblée la différence de prix entre la souscription initiale et le renouvellement. A noter que par défaut, SiteGround affiche les prix hors taxe, pour passer en TTC, il faut cliquer sur « Show prices with VAT » tout en bas de la page. Dernière remarque, les prix proposés peuvent être légèrement différents de ceux indiqués sur cette copie d’écran, car ils varient marginalement suivant le taux de change euro/dollar.

Il est possible de s’engager pour un, deux ou trois ans; afin de profiter le plus longtemps possible de la tarification initiale, j’ai signé pour trois ans. Avec le coût du nom de domaine, l’hébergement via SiteGround me revient pour cette durée à un peu plus de 186€, soit 62€ par an – un peu plus de 5 euros mensuels -. C’est extrêmement raisonnable au vu de la qualité de l’hébergement; le seul souci est qu’il faut débourser cette somme dès le départ.

Voyons donc en détail ce que propose la formule « StartUp ». L’hébergeur ayant tendance à très (trop ?) détailler les caractéristiques, on ne regardera ici que les points importants.

Caractéristiques essentielles de la formule "StartUp" de SiteGround pour l'hébergement WordPress
Caractéristiques essentielles de la formule « StartUp » de SiteGround pour l’hébergement WordPress
  • Web space : l’espace alloué de 10go est suffisant pour la plupart des usages.
  • Data transfer (Unmetered) : il n’y a pas de restriction quant au volume de données transférées.
  • Free email accounts : il est possible de créer gratuitement des adresses mail correspondant à votre domaine
  • 100% renewable energy match : depuis début 2020, SiteGround utilise l’infrastructure de Google Cloud. Non seulement c’est une garantie de qualité, mais en plus Google s’engage à produire assez d’énergie renouvelable pour compenser la consommation de ses serveurs !

Passons ensuite à l’aspect « performance » :

Aspect "performance" de la formule "StartUp" de SiteGround pour l'hébergement WordPress
Aspect « performance » de la formule « StartUp » de SiteGround pour l’hébergement WordPress

On retiendra surtout la présence de serveurs en Europe – plus précisément à Eemshaven, aux Pays-Bas -. Pour des blogs francophones, c’est un gros avantage par rapport à d’autres hébergeurs américains tels que BlueHost qui ne proposent que des serveurs aux États-Unis. En effet, être hébergé au plus près de vos visiteurs leur permet d’accéder à votre site plus rapidement. De même, l’activation de http/2 qui permet des transferts plus rapides.

Enfin, deux points importants ne sont pas visibles sur ces copies d’écran. Tout d’abord, les indispensables certificats SSL permettant de sécuriser les connections sont gratuits. Du côté de l’espace base de données, on a droit à 500 méga-octets, ce qui est plus que suffisant.

Si ces écrans très complets permettent à SiteGround d’étaler les points forts de ses hébergements, il ne mettent bien sûr pas en avant le fait que le prix du nom de domaine n’est pas inclus dans cette tarification. Il faut donc compter annuellement une quinzaine d’euros supplémentaires chaque année pour un .fr, ou un peu moins de 17€ pour un .com.

Un point que j’apprécie beaucoup chez SiteGround est la qualité de l’interface d’administration. Elle est réellement très bien pensée, claire et facile d’utilisation. Voici par exemple l’écran de création d’une compte de courrier électronique :

Création d'un compte e-mail avec l'interface d'administration SiteGround
Création d’un compte e-mail avec l’interface d’administration de SiteGround

Le support, joignable par chat ou par téléphone est disponible rapidement et m’a paru techniquement solide.

Avantages de SiteGround

  • Hébergeur très réputé et recommandé par WordPress
  • Un site très fiable, quasiment sans interruption de service
  • Hébergement sur l’infrastructure de Google
  • Interface d’administration très agréable d’utilisation, bien qu’en anglais
  • Support compétent et disponible

Inconvénients de SiteGround

  • Site et support en anglais
  • Offre moins claire que celle de o2switch
  • Prix bien plus élevé lors du renouvellement que lors de la souscription initiale
  • Nom de domaine en supplément

o2switch : un très bon hébergeur WordPress français

Les lecteurs peu à l’aise avec un hébergeur américain pourront quant à eux se tourner vers o2switch. J’ai testé précédemment l’hébergement proposé par cette société française suite à ma relative déception concernant OVH, et j’ai été séduit par la simplicité de leur offre. En effet, quand la plupart des hébergeurs offrent de nombreuses formules parfois difficiles à comparer, o2switch propose un hébergement unique à 5€ HT par mois, soit 78€ TTC/an.

Voici un résumé des principales caractéristiques de cette offre :

L'offre unique o2switch en résumé
L’offre unique o2switch en résumé

De façon plus aride visuellement, voici une description un peu plus détaillée de l’hébergement proposé par o2switch.

Détail de l'hébergement chez o2switch
Détail de l’hébergement chez o2switch

Décryptons ensemble les points essentiels :

  • Espace disque illimité : vous n’aurez donc pas à vous soucier de l’espace de stockage, en particulier si votre site propose beaucoup de photographies.
  • Transfert mensuel illimité : certains hébergeurs imposent des limites quant au volume de données transférées mensuellement. C’est rarement un problème quand on débute; ici, les transferts n’étant pas limités, vous n’aurez pas de souci en cas de croissance de votre audience.
  • Nom de domaine (un offert) : il est inclus dans le prix, contrairement à ce que propose SiteGround.
  • Interface Cpanel : c’est l’interface standard d’administration de votre hébergement. Son utilisation est aisée, et comme elle est utilisée par une majorité d’hébergeurs, il est ainsi facile de s’y retrouver en cas de changement d’hébergeur.
  • Gestion SSL avec http/2 : la norme SSL permet des connexions sécurisées à votre site; ici, il est possible de l’utiliser avec le protocole http/2, qui permet des gains de vitesse de chargement.

J’apprécie beaucoup la clarté de l’offre proposée, avec un prime un tarif tout à fait compétitif et sans mauvaise surprise lors du renouvellement. Le support en français est bien sûr un plus .

Côté négatif, c’est une petite structure, on a donc moins de visibilité à long terme qu’avec une plus grosse entreprise. De plus, bien que l’interface d’administration utilise le standard cPanel, elle est assez laide et peu ergonomique. De plus, tout n’est pas traduit en français, ce qui limite l’intérêt par rapport à SiteGround.

Avantages de o2switch

  • Support en Français
  • Espace disque illimité
  • Clarté de l’offre
  • Excellent rapport qualité/prix

Inconvénients de o2switch

  • Hébergeur peu connu
  • Interface d’administration peu agréable

Ma recommandation

Si l’anglais ne vous effraye pas, SiteGround est un excellent hébergeur, unanimement reconnu pour son sérieux. L’ergonomie sans faille de son interface d’administration en fait un excellent choix pour les débutants, malgré l’absence de traduction en français.

Et si vous préférez un hébergeur français, je ne peux que recommander o2switch pour son excellent rapport qualité-prix, la simplicité et la clarté de son offre !

Si vous choisissez un autre hébergeur

J’aurai certes le cœur brisé que vous ne suiviez pas ma recommandation :). Cependant, rassurez vous ! Quelque soit votre choix, l’intégralité du contenu de Un blog pas à pas sera utilisable; la seule exception sera peut-être l’installation de WordPress, car la procédure varie d’un hébergeur à l’autre. Mais cette étape pose rarement problème, car elle est en général bien documentée.

Achat de l’hébergement chez SiteGround

Nous allons maintenant voir pas à pas comment se passe l’achat d’un hébergement et l’installation de WordPress chez SiteGround.

L’ensemble du processus prend environ dix minutes… plus une à deux heures d’attente pour que la dernière manipulation soit effective.

Rendons-nous sur la page d’accueil de SiteGround. Il faut tout d’abord choisir l’offre « Managed WordPress hosting », puis le plan « StartUp ».  L’écran suivant permet de choisir le nom de domaine désiré et l’extension correspondante.

Si le domaine désiré est bien disponible, il faut alors remplir un assez long formulaire. Passons ensemble en revue les différentes parties à remplir.

Il faut tout d’abord remplir les informations concernant votre compte : votre adresse e-mail, ainsi qu’un mot de passe à confirmer.

Les contraintes sur le mot de passe sont les suivantes :

  • Entre six et cinquante caractères de long
  • Au moins une lettre
  • Au moins un chiffre
  • Au moins une majuscule ou un caractère spécial (ponctuation par exemple)
Section "Compte" du formulaire SiteGround
Section « Compte » du formulaire SiteGround

Le pavé suivant concerne vos informations : dans la première colonne, pays, prénom, nom, et le cas échéant entreprise et numéro de TVA. Dans la seconde colonne, ville, adresse, code postal et numéro de téléphone.

Section "Client" du formulaire SiteGround
Section « Client » du formulaire SiteGround

Il faut ensuite fournir des informations supplémentaires qui seront transmises au gestionnaire du nom de domaine. Il faut donc indiquer qu’on est un individu, son pays et sa date de naissance. Cette dernière est à saisir au format AAAA-MM-JJ; ainsi, le 3 avril 1981 sera 1981-04-03.

Section "Propriétaire du domaine" du formulaire SiteGround
Section « Propriétaire du domaine » du formulaire SiteGround

Passons ensuite au paiement. De façon classique, il faut donner son numéro de carte de crédit, sa date d’expiration, le code de validation CCV ainsi que le nom du titulaire.

Section "Paiement" du formulaire SiteGround
Section « Paiement » du formulaire SiteGround

Pour finir, il faut vérifier les informations concernant les services achetés. Le plan « StartUp » est suffisant pour débuter; vérifiez aussi que l’hébergement se fait bien en Europe. Choisissez ensuite la durée d’hébergement, et vérifier que « SG site scanner » est décoché.

A noter que même si vous choisissez une durée supérieure à un an, le nom de domaine ne sera facturé que pour la première année, avec renouvellement automatique.

N’oubliez pas que les prix sont affichés hors taxes, la TVA sera indiquée dans la partie suivante.

Section "Achat" du formulaire SiteGround
Section « Achat » du formulaire SiteGround

Pour certaines extensions telles que les .com, l’option « Domain privacy » apparaîtra dans la liste des services supplémentaires.

Option "Domain privacy" chez SiteGround
Option « Domain privacy » chez SiteGround

De quoi s’agit-il ? Elle permet de cacher vos informations personnelles, qui sont dans le cas contraire visibles publiquement. Si cette option est disponible pour votre extension, je vous conseille de la sélectionner.

Enfin, tout en bas de l’écran s’affiche un récapitulatif du prix à payer.

Section "Total" du formulaire SiteGround
Section « Total » du formulaire SiteGround

Si tout vous semble correct, il n’y a plus qu’à cocher les deux dernières cases pour accepter et valider ! Une fois le paiement validé, un message de confirmation s’affichera.

Installation de WordPress sous SiteGround

Commençons par nous connecter sur my.siteground.com et utilisons le bouton « Set up site ».

Sur l’écran suivant, il faut valider successivement « Start New Website », « WordPress » puis choisir un mot de passe pour WordPress (l’adresse e-mail devrait être pré-remplie).

Enfin, validons la confirmation (sans ajouter le « Site Scanner ») avec le bouton « Finish ».

Dans mon cas, j’ai eu après un peu d’attente un message m’indiquant que l’opération était plus longue que d’habitude. Pas de panique, un mail m’a vite indiqué qu’elle était terminée !

Création d’un certificat SSL

Les certificats SSL sont devenus indispensables. Ils servent à se connecter via le protocole https plutôt que http (le « s » supplémentaire indiquant « sécurisé »). Sans ce certificat, les utilisateurs se connectant à votre site verront dans leur navigateur un message d’avertissement indiquant une connexion non sécurisée. Cela risque de les dissuader de continuer leur visite !

De plus, sans certificat SSL, la connexion à votre espace d’administration WordPress ne serait pas sécurisée. Il serait donc possible de se faire dérober votre mot de passe en vous connectant à votre site via certains réseaux wifi par exemple !

Heureusement, l’installation d’un certificat SSL chez SiteGround est extrêmement simple, et ne nécessite aucune connaissance technique.

Retournons sur la page d’accueil de SiteGround, puis dans Websites / SSL.

Vérifier que le certificat de gauche (« Let’s Encrypt SSL ») est sélectionné, et cliquez sur « Activate » en bas de l’écran.

Vous arriverez alors sur l’écran « SSL Manager ». Vérifiez que le domaine indiqué est le bon et que « Let’s Encrypt » est bien sélectionné dans « Select SSL », et cliquez « Get ».

Vous obtenez alors l’écran de confirmation suivant.

A noter que si le certificat est installé immédiatement, il se passe un certain temps avant qu’il soit utilisable. Dans mon cas, il a fallu patienter 2-3 heures; dans l’intervalle, Firefox m’indiquait une erreur. Prenez donc votre mal en patience !

Une fois que vous arrivez à vous connecter à votre site sans erreur, nous en avons fini avec l’administration sous SiteGround ! Il est grand temps de se frotter à WordPress, en commençant par son tableau de bord.

Choisir le nom de son blog et le nom de domaine associé

Le choix du nom de votre blog (ou site web) est primordial, car ce sera en quelque sorte votre « marque » sur internet. Cependant, comme on va le voir, vous serez un peu contraint dans ce choix.

Un peu de vocabulaire

Une adresse internet (techniquement une URL : Uniform Resource Locator en anglais) est l’adresse que vous tapez dans votre navigateur pour visiter un site. Par exemple, l’adresse de cette page est https://unblogpasapas.fr/choisir-nom-blog-domaine/.

Le nom de domaine constitue la première partie de cette adresse. Par exemple, le nom de domaine de ce blog est unblogpasapas.fr. Choisir un nom de domaine revient donc à répondre à la question suivante : quelle adresse les internautes qui veulent visiter votre site devront-ils taper ? Bien sûr, le nom de domaine utilisé devra être cohérent par rapport nom de votre blog. Ainsi, le domaine correspondant à Un blog pas à pas est unblogpasapas.fr

Le risque est que le nom de domaine correspondant au nom que vous désirez donner à votre blog soit déjà pris; nous verrons ci-dessous comment parer à cette situation.

La première partie du nom de domaine (avant le point) reflète bien évidemment le nom du blog. La seconde partie est l’extension : les plus utilisées sont .com, .org et .fr mais il en existe énormément d’autres, souvent pour un thème précis (.travel, .money)…

Comment choisir le nom de son blog (et donc le domaine associé) ?

De façon assez intuitive, le nom de votre blog devra refléter son contenu.

Une façon simple d’avoir nom un blog à la fois spécifique et facile à mémoriser est de combiner votre prénom et le sujet du blog (sous forme de verbe ou de nom). Par exemple, un de mes blogs de cuisine favori est La cuisine de Bernard, qui a pour nom de domaine lacuisinedebernard.com. Le fait d’inclure votre prénom a aussi l’avantage d’ajouter un côté « humain » à votre blog !

A l’inverse, si vous êtes allergique à toute forme d’auto-promotion, vous pouvez très bien choisir un nom plus générique, à l’image de C’est ma fournée (cestmafournee.com) pour la pâtisserie, ou Mon petit coin vert (monpetitcoinvert.com) pour le jardinage. Il faudra alors faire preuve d’un peu d’imagination, car le risque est que le domaine correspondant au nom désiré soit déjà pris !

Quelle extension choisir ?

Autant faire simple, et choisir l’extension correspondant à votre pays : .fr pour les français, .be pour les belges, ou .ch pour les suisses. Il est aussi possible d’être plus générique, avec un site en .com

Le prix d’un domaine varie suivant l’extension. Si la différence de prix entre un .com et un .fr est négligeable (moins de 15 euros par an dans les deux cas), certaines extensions spécifiques coûtent plusieurs centaines d’euros annuellement – une raison de plus pour ne pas être trop « exotique » ! –

Comment vérifier que le nom de domaine désiré est disponible ?

De nombreux hébergeurs et sites de vente de nom de domaine proposent cette fonctionnalité. C’est par exemple le cas d’OVHcloud (nouveau nom d’OVH), que j’utilise pour cet exemple. Il suffit d’entrer le nom de domaine désiré, et de cliquer sur le bouton « Rechercher ».

Copie d'écran de la vérification de disponibilité d'un domaine chez OVHcloud, comportant un champ pour le nom de domaine et le bouton de recherche
Formulaire de vérification de disponibilité d’un nom de domaine chez OVHcloud

Le site vous indiquera alors sa disponibilité, en proposant le cas échéant des alternatives.

Concrètement, imaginons que vous vouliez créer le blog Marie cuisine, avec un domaine mariecuisine.fr. Pas de chance, il est déjà pris (le statut « Transférable » indique un nom de domaine non disponible).

mariecuisine.fr est indisponible
mariecuisine.fr est indisponible

Parmi les alternatives proposées, l’extension .com est disponible pour la modique somme de 2738€ ! Essayons plutôt une variante du nom de blog désiré, telle que La cuisine de Marie. Malheureusement, le domaine correspondant lacuisinedemarie.fr n’est pas non plus disponible. Damned ! Essayons finalement avec marieencuisine.fr : Victoire !

Confirmation de la disponibilité du nom de domaine marieencuisine.fr chez OVHcloud
Disponibilité de marieencuisine.fr

A noter que s’il existe déjà un blog avec un nom similaire, ce n’est pas forcément une bonne idée d’en créer un qui soit trop semblable, car cela risque de prêter à confusion. Cependant, en se rendant sur mariecuisine.fr, on tombe sur… un site de vente de chaussures ! Dans ce cas précis, il n’y a donc pas de problème à choisir comme nom de blog Marie en cuisine, avec pour nom de domaine correspondant marieencuisine.fr.

Il est aussi possible de remplacer un verbe par un nom, ou un verbe conjugué par un infinitif. A l’origine, je voulais nommer ce site « Créer mon blog », mais creermonblog.fr était déjà pris. J’aurai donc pu choisir pour nom de blog « Je crée mon blog » (avec un domaine jecreemonblog.fr), mais j’ai au final préféré choisir un nom vraiment différent.

Dans l’article suivant, nous verrons comment sélectionner un hébergeur.