Ma méthode pour rédiger un article de blog facilement

Écrire un nouvel article, c’est du boulot ! S’organiser un peu avant de se lancer dans cette tâche vous fera gagner un temps précieux.

En effet, avec une préparation suffisante, vous produirez votre contenu pour votre blog bien plus rapidement, et éviterez le syndrome de la feuille blanche ! Cela vous aidera aussi à obtenir des articles mieux structurés – ce qui est bénéfique pour votre référencement -.

Je vais détailler ici la méthode de travail que j’utilise pour rédiger du contenu. Au fur et à mesure que vous écrirez, vous serez naturellement amené à développer des habitudes qui vous seront propres – et peut-être parfois radicalement différentes des miennes -. Pour l’écriture comme pour beaucoup de processus créatifs, il n’y a pas de méthode universelle : ce qui importe, c’est de trouver celle qui vous convient. Cette article est donc plus à prendre comme une série de pistes de travail que comme une méthode à utiliser telle quelle !

De plus, suivant le type d’article que vous souhaitez écrire, certaines étapes peuvent être sautées. Par exemple, si vous tenez un blog de cuisine et désirez y partager une recette, il ne sera pas forcément nécessaire de voir ce que produisent vos concurrents sur le sujet. Mais pour un sujet plus ouvert tel que les différentes variétés de poivre ou les différentes façons d’accommoder les restes, cela pourra peut-être vous fournir de l’inspiration supplémentaire !

Travaux de préparation à l’écriture d’un nouvel article

Passer du temps à préparer le nouvel article vous permettra de gagner beaucoup de temps sur sa rédaction.

Je conseille donc d’effectuer d’abord un peu de « brainstorming » quant au sujet du futur article. Ensuite, de se renseigner un peu plus dessus – exactement comme le feront les lecteurs qui liront votre article après l’avoir trouvé sur Google -. Et puis, enfin, de préparer à l’avance les images à intégrer dans votre nouvelle publication.

Voyons dans le détail ces trois étapes préliminaires.

Définir le sujet et trouver du vocabulaire associé

A chaque publication, son sujet ! Commencez-donc par le définir précisément, sous forme d’un mot-clé – voire plusieurs -. Profitez-en pour réfléchir aussi à quelques synonymes ou expressions en lien avec le sujet. J’utilise régulièrement les sites Synonymes et Dictionnaire des synonymes pour m’aider dans cette tâche.

Synonymes de « écrire » d’après synonymes.com

Par exemple, lors de la rédaction de l’article que vous êtes en train de lire, j’essaye de varier le vocabulaire en puisant parmi les mots suivants : article / publication / contenu, rédiger / écrire, sujet / thème…

Approfondir le sujet de l’article

Une fois au clair quant au thème de l’article, pourquoi ne pas se documenter un peu plus à son propos ?

Avant de commencer à écrire sur un sujet donné, je trouve en effet extrêmement utile d’effectuer une recherche dessus. S’il est bien sûr hors de question de recopier le contenu trouvé sur les autres blogs, y jeter un œil présente plusieurs avantages :

  • Lire d’autres articles me permet de vérifier que je ne vais pas raconter de bêtises, et souvent d’enrichir ma connaissance du sujet
  • Cela me permet aussi d’évaluer la qualité du contenu qui sera en concurrence avec le mien, et donc la quantité de travail à fournir pour être encore plus complet qu’eux
  • J’en profite également pour collecter des liens intéressants, qui pourraient me servir dans mon article. Si un autre blog a une approche du sujet différente de la mienne mais que je trouve intéressante, je n’hésite pas à le mentionner !

Ainsi, pour préparer la rédaction de cet article, j’ai effectué plusieurs recherches sur Google telles que « comment préparer un nouvel article » ou « techniques écrire contenu blog ». Les résultats de la première recherche se sont révélé assez différents de mes attentes (probablement parce que j’ai pas inclus le terme « blog ») : ils portaient sur la rédaction d’articles de presse, pour Wikipedia… et même comment préparer un anniversaire ! Par contre, la seconde recherche m’a été assez utile; j’ai ajouté plusieurs résultats à mes favoris pour les relire à tête reposée.

Préparer les images qui illustreront votre publication

Une tâche peu gratifiante est la préparation des images en vue de leur intégration dans l’article. Avouons-le, rien que de le mentionner, j’en baille d’ennui. Mais ce n’est pas une raison pour bâcler le travail !

Tout d’abord, peut-être même que vous ne disposez pas encore d’images à utiliser. Dans ce cas, les bibliothèques d’images telles que Shutterstock (payant) ou Pixabay (gratuit) répondront probablement à votre besoin.

Une fois les images sélectionnées, il faudra les redimensionner dans une largeur raisonnable, et les renommer afin que leur nom de fichier reflète leur contenu.

En ce qui concerne le téléversement dans la bibliothèque de WordPress, il y a plusieurs écoles. Vous pouvez tout ajouter à l’avance, en mode « une bonne chose de faite ». Une autre option est de les ajouter une par une, au fur et à mesure que vous aurez besoin de les insérer dans l’article. Personnellement, je préfère m’en occuper une fois le brouillon initial terminé. Cela me permet de me concentrer totalement sur l’écriture, sans être perturbé par des manipulations.

Se créer un environnement de travail propice à la concentration

Notre productivité dépend beaucoup de notre environnement. Si on est régulièrement interrompu ou qu’on n’arrive pas à se concentrer à cause du bruit, il est difficile de produire du contenu de qualité et le processus d’écriture peut même devenir frustrant.

Avoir un environnement calme

Si vous travaillez sur votre blog depuis chez vous, il ne vous sera probablement pas trop difficile de travailler dans un environnement calme – a moins d’être confiné avec vos enfants en ces temps de coronavirus 🙂 -.

Par contre, nous avons une longue expérience du travail dans des cafés en Asie du sud-est et le moins qu’on puisse dire est qu’elle a été contrastée. Par exemple, il était souvent impossible de travailler dans les cafés vietnamiens à cause du boucan ambiant, même avec des écouteurs sur les oreilles. Investir dans un casque anti-bruit peut donc se révéler utile dans certaines circonstances !

Beaucoup d’entre nous apprécient aussi d’avoir une boisson à portée de main. En tant qu’accro au café, je ne fais pas exception. Autant le préparer à l’avance, plutôt que d’interrompre votre processus créatif pour vous hydrater !

Trois tasses de café vietnamien en préparation
Café vietnamien

Enfin, comme je ne peux pas travailler sans musique, un fond sonore adapté m’aide énormément à me concentrer.

Travailler sans interruption ni distraction

Du point de vue visuel, quand je rédige un document, je préfère n’avoir que lui à l’écran. Du coup, j’apprécie énormément le mode « Plein écran » du nouvel éditeur de WordPress, accessible depuis le menu tout en haut à droite de l’écran. Je fais aussi disparaître l’onglet des réglages (en cliquant sur l’engrenage) pendant que je suis en train de rédiger.

Sélection du mode Plein écran

Souvent, je pousse même le minimalisme jusqu’à utiliser aussi le mode « Plein écran » (F11) de Firefox pour n’avoir vraiment plus que mon texte à l’écran.

Bien sûr, si j’essaye de ne pas être distrait par les composants de l’éditeur WordPress, ce n’est pas pour avoir des notifications de Facebook ou WhatsApp ! Mon portable étant de toutes façons toujours en mode silencieux, je me contente de fermer l’éventuel onglet Facebook – ou toute autre appli pouvant m’interrompre dans le processus d’écriture –

Une fois confortablement installé dans ma petite bulle numérique, c’est enfin parti pour la rédaction proprement dite !

Rédaction du contenu

J’essaye autant que possible d’écrire mon article d’un trait, sans interruption, en suivant un plan bien défini à l’avance. Ainsi, je commence par écrire le titre et l’introduction avant de définir les titres de l’article et finalement de remplir le contenu.

Pour ce qui est de la longueur du contenu, même après avoir jeté un œil aux autres articles traitant du même sujet, je ne me fixe pas d’objectif en terme de nombre de mots. L’important pour moi est de traiter le sujet de façon aussi complète que possible !

Trouver un titre principal accrocheur pour votre nouvelle publication

Le titre de votre article doit avoir deux qualités :

  • Accrocher le lecteur : c’est en général la première chose qu’il verra lors d’une recherche
  • Indiquer au moteur de recherche qui parcourt la page de quoi elle parle

J’ai par curiosité effectué une recherche avec les termes « techniques écriture article blog ». Voici les titres d’une partie des résultats des deux premières pages :

  • 2 techniques simples pour écrire un article de blog qui va …
  • ▷ 30 conseils pour rédiger un article de blog parfaitement …
  • 10 conseils pour réussir la rédaction d’un article de blog …
  • 5 étapes pour écrire un article de blog en une heure top chrono
  • Comment écrire un article de blog percutant et bien structuré ?
  • 27 Techniques de Rédaction Web Démentielles pour votre Blog
  • Écrire Un Article De Blog Parfait : (Enfin) Le Guide Ultime
  • Écrire un article de blog en 5 étapes – Écrire pour le web
  • 13 façons démentes pour écrire un article de blog inoubliable …
  • 6 Techniques de Rédaction pour Améliorer Vos Articles de blog
  • Comment Structurer un Article de Blog – Formation Rédaction …
  • Content Marketing : 7 étapes pour écrire votre meilleur article …
  • Le guide pour écrire des articles de blog efficacement – Follow …
  • Comment écrire un article de blog optimisé et percutant ?
  • Comment rédiger un bon article de blog ? – Wix.com

On peut tirer plusieurs enseignements de cette liste. Tout d’abord, les trois premiers articles ont beau être en tête de liste, le fait que leur titre soit tronqué n’incite pas à cliquer dessus. Il est donc bon de limiter la longueur du titre afin qu’il soit visible intégralement lors d’une recherche ! En général, il vaut mieux ne pas dépasser une soixantaine de caractères, mais cela dépend du contenu (car un i est moins large qu’un u, par exemple). Beaucoup d’extensions SEO (Search Engine Optimization, soit optimisation pour les moteurs de recherche) proposent de visualiser l’apparence du titre choisi dans les résultats Google; cela permet d’ajuster la taille du titre.

Titre avec une largeur optimale et des chiffres

En terme de contenu, il y a plusieurs écoles. L’utilisation de superlatifs est assez en vogue : « Démentielles », « Parfait », « Ultime », « inoubliable » (et je vous épargne le « explosives » qui est tronqué). Soyons francs, ce n’est pas ma tasse de thé, mais il en faut pour tous les goûts !

Une autre tendance à noter est la quantification : 2 techniques, 30 conseils, 5 étapes… Cette pratique permet de donner au lecteur une idée de la quantité d’informations à ingérer : par exemple, « Écrire un article de blog en 5 étapes » est plutôt rassurant pour un débutant, alors que « 30 conseils » s’adressera probablement plutôt à un blogueur cherchant à approfondir le sujet. L’utilisation d’une durée telle que « une heure top chrono » suit la même logique – même si je demande à voir la qualité d’un article produit en un laps de temps aussi court ! –

D’un point de vue esthétique, on notera parfois l’utilisation de majuscules pour chaque mot. Cela n’a aucune influence en terme de référencement, et est donc un choix purement cosmétique ! De façon anecdotique, l’utilisation de caractères spéciaux ou emojis (tels que le ▷ de la troisième entrée) permet de sortir un peu du lot. Attention cependant, Google n’affiche pas tous les caractères existants, et la politique du moteur de recherche vis-à-vis de cette pratique est assez fluctuante. N’en abusez donc pas !

Trop d’emojis tue les emojis

Enfin, certaines extensions proposent d’ajouter automatiquement le nom du blog après le titre. On peut le voir dans certains résultats au-dessus (« Écrire pour le web », « Formation Rédaction Web » ou « Wix.com »). Cette pratique est en fait plutôt pénalisante, dans la mesure où cela raccourcit la partie utile du titre. Je déconseille donc l’utilisation de cette fonctionnalité.

Écrire l’introduction

Une fois que vous avez attiré le lecteur avec votre titre, il reste à rédiger une introduction qui lui donne envie de continuer la lecture ! Le plus efficace reste de jouer sur les émotions, en lui indiquant ce qu’il a à gagner en poursuivant sa lecture (ou inversement, ce qu’il risque de rater en quittant la page). Ici, j’ai utilisé le fait de gagner du temps dans le processus d’écriture.

Définir le plan de votre article

L’écriture du contenu de votre article sera grandement facilitée si vous écrivez en avance le « squelette » sur lequel s’appuyer. Commencez donc par écrire les titres, en utilisant si possible une hiérarchie (balises h2, h3).

Le sujet devra apparaître régulièrement dans les titres choisis – si possible en variant un peu le vocabulaire, grâce aux synonymes trouvés précédemment -. N’hésitez pas pendant cette phase-là à réorganiser vos titres, changer leur ordre, ajouter des sous-titres : c’est bien plus facile à faire maintenant qu’une fois que le texte sera rempli !

Rédiger le contenu proprement dit

C’est parti pour boucher les trous !

Chacun a sa technique – qui évolue bien sûr au fil du temps -. Pour ma part, je suis de l’école « écriture au kilomètre » : j’enchaîne la rédaction des paragraphes l’un après l’autre, sans me soucier des mises en forme – y compris la création des puces – ou même des fautes d’orthographes aimablement soulignées par mon correcteur. Si l’appétit vient en mangeant, dans mon cas, l’inspiration vient en écrivant ! Ce n’est qu’une fois le premier brouillon terminé en intégralité que je commence à me relire, corriger les erreurs, aérer le texte et mettre en forme.

Si en cours d’écriture, je me retrouve bloqué par une phrase qui « refuse de sortir », je note simplement l’idée avec une marque à côté, telle que TODO ou XXX. J’y reviendrai lors d’un second passage, pour ne pas interrompre le flux de mes idées !

Toujours dans l’optique de laisser libre cours à ma prose, j’essaye d’utiliser le moins souvent la souris quand je rédige. Ainsi, une fois un paragraphe terminé, j’utilise la touche « Entrée » pour en créer un nouveau, ou la flèche vers le bas pour aller au titre suivant. Cela m’aide à rester focalisé à 100% sur le texte en cours d’écriture. Et puis on ne sait jamais, si j’utilisais la souris, la tentation pourrait être forte d’aller vérifier mes mails 🙂

Relecture et réorganisation éventuelle

Une fois le premier jet terminé vient le long processus de relecture et correction. Si le correcteur orthographique de Firefox fait un excellent travail pour l’orthographe, d’autres erreurs sont plus dures à détecter. Il est fréquent de trouver au milieu d’une phrase un mot sans rapport oublié lors d’une réécriture, ou des doublons !

C’est aussi le moment de se creuser les méninges pour trouver les formules sur lesquelles on bloquait précédemment. Passez donc du temps à éliminer les TODO ou XXX présents dans le texte. Je m’aperçois que souvent, le blocage est cause par un mauvais choix de vocabulaire ou une tournure de phrase difficile à utiliser. Ainsi, en général, je choisis l’option bulldozer pour régler le problème : je supprime la ou les phrases existantes, et essaye de les reformuler de façon totalement différente.

Il peut aussi être nécessaire d’altérer un peu la structure de l’article initialement prévue. En effet, parfois, en cours d’écriture, il me vient une idée à laquelle je n’avais pas pensé avant. Ou alors, le fait d’écrire me permet de me rendre compte que la structure de mon article serait plus cohérente avec une autre organisation des titres. Il m’arrive donc régulièrement d’ajouter des titres non prévus initialement. Maintenant que les titres sont éloignés les un des autres par le contenu que je viens de rédiger, l’aperçu du document fourni par le nouvel éditeur WordPress m’est d’une grande aide pour visualiser le plan.

Plan du document en cours d’écriture

Par exemple, sur la copie d’écran ci-dessus (prise pendant la rédaction de l’article), beaucoup de titres ne font pas référence au sujet de l’article. Je pourrai par exemple changer « Améliorer sa connaissance du sujet » en « Approfondir le sujet de l’article »

Attendre avant de publier un contenu fraîchement écrit

Il est très tentant de publier directement le contenu qu’on a écrit. Cependant, je vous conseille plutôt de prendre votre temps. En effet, il est fort probable qu’à force d’avoir passé du temps à écrire et relire votre nouvel article, vos relecture ne soient pas très efficaces – vous connaissez son contenu par cœur, ce qui diminue l’efficacité de vos relectures -.

Laissez donc passer un ou deux jours et relisez alors votre contenu à tête reposée. Il est possible qu’en plus de retrouver de nouvelles coquilles, vous ayez à nouveau envie de le remanier un peu !

Si vous n’êtes pas convaincus, voici le titre de l’article que j’ai posté il y a quelques jours. Malgré maintes relectures, j’ai réussi à publier un article avec une énorme faute de grammaire !

Eh oui, il manquait le « s » à « points ».

Enfin, une fois que vous vous sentez prêt à publier, vous n’en avez pas fini ! Jetez donc un œil aux points à vérifier avant publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *