Les points à vérifier avant de publier un article

Une fois qu’on a terminé de rédiger un article, on n’a généralement qu’une seule envie : presser « Publier ».
Hop, une bonne chose de faite ! Au suivant !

Oui, je sais, ça démange

… Pas si vite !

Il y a une multitude de petit détails qui peuvent nous avoir échappé. Et autant publier un article impeccable dès le début plutôt que d’avoir à l’éditer à nouveau, non ? En particulier si vous avez déjà une petite audience et que vous avez l’habitude d’annoncer vos nouvelles publications dans la foulée sur Facebook ou via une lettre de diffusion…

Une partie de ces vérifications est assez mécanique, comme dans le cas des liens; d’un autre côté, il y a aussi des vérifications plus subjectives en terme de lisibilité ou de référencement.

Voici donc la liste des points que je passe en revue avant chaque publication – et parfois aussi après une grosse modification d’un article existant -.

Se concentrer sur le titre de votre article

Le titre de l’article est la partie qui saute aux yeux de vos lecteurs – que ce soit directement sur votre blog ou encore plus les résultats d’un moteur de recherche -. Il faut donc lui prêter une attention particulière !

Est-ce qu’il reflète le sujet de l’article ? Donne-t-il envie de cliquer sur l’article ? Est-ce qu’il n’est pas trop long ?

Et tant qu’à vérifier le titre, autant jeter un œil au permalien (accessible en cliquant sur le titre de l’article), qu’on a trop souvent tendance à oublier – surtout si on modifie le titre en cours d’écriture ou lors de la relecture -. Est-ce que qu’il reflète encore le titre ? Et est-ce que je l’ai bien raccourci pour supprimer les mots de liaison ?

Titre de l’article et permalien correspondant sous Gutenberg

Vérifier l’onglet « Document »

Je continue mes vérifications dans l’onglet « Document » de Gutenberg. Est-ce que la catégorie est la bonne ? Et les étiquettes sont-elles bien assignées ? Peut-être est-il nécessaire d’en définir de nouvelles.

Si j’utilise les images mises en avant sur le blog, est-ce que j’ai pensé à en définir une ? Et finalement, est-ce que j’ai autorisé les commentaires ?

Passer en revue le plan de l’article

Vous aviez probablement une idée claire du plan de l’article avant de commencer à le rédiger. Il est cependant possible que sa structure ait évolué pendant l’écriture. Il est possible de visualiser uniquement les titres de l’article en cliquant sur l’icône « Structure du contenu », en haut à gauche de l’éditeur.

Aperçu du document sous Gutenberg

Maintenant que l’article est terminé, est-ce que le plan est toujours clair ? La structure est-elle suffisamment hiérarchisée en utilisant des balises h2, h3… pour les titres ? J’ai pour ma part tendance à produire des articles avec une structure trop « plate », comme l’indique l’absence de titre de niveau h3 dans l’aperçu ci-dessus !

Autre interrogation, est-ce que le sujet apparaît dans l’introduction et est repris dans les titres ?

Enfin, c’est le moment de vérifier que tous les titres ont la même structure grammaticale. Par exemple, la copie d’écran ci-dessus, ils commencent quasiment tous par un verbe à l’infinitif.

Évaluer la lisibilité de l’article

Ensuite, je prévisualise l’article, et j’essaye de me mettre à la place du lecteur. Est-ce que le texte n’est pas trop dense par endroits ? Si besoin est, j’aère le contenu en découpant un gros paragraphe en plusieurs parties.

Ajouter des images peut aussi être un bon moyen de soulager un peu les yeux des lecteurs.

Toujours en terme de structure, est-ce que certains éléments ne gagneraient pas à être présentés sous forme de puces ? C’est une question que je me suis beaucoup posée sur ce même article !

Prévisualiser aussi la version mobile

J’effectue également une prévisualisation de la version mobile en utilisant les outils développeur de Firefox. Pas de panique en lisant ces mots, c’est extrêmement simple !

Sous Firefox, lorsque je prévisualise l’article, j’appuie sur la touche F12 pour faire apparaître la barre d’outils développeur. Là, je clique sur l’icône bleue située tout en haut à droite de la barre d’outils, représentant un téléphone et une tablette.

Barre d’outils développeur de Firefox

Cela me permet d’évaluer rapidement la lisibilité qu’aura mon article sur un téléphone.

Prévisualisation de la version mobile d’un article sous Firefox

Si vous utilisez Chrome plutôt que Firefox, la manipulation est la même, mais l’icône se trouve en haut à gauche de la barre d’outils, plutôt que en haut à droite.

Passer en revue les images

Ah, les images… c’est probablement la partie de l’article la plus fastidieuse à vérifier. Pour chacune d’entre elles, il faut passer en revue les point suivants :

  • Tout d’abord, est-ce que le nom de fichier est descriptif ? Si ce n’est pas le cas, mieux vaut le supprimer de la bibliothèque des médias WordPress et réinsérer une version renommée. Autre alternative, utiliser une extension telle que Phoenix Media Rename qui vous permettra d’effectuer le renommage directement sous WordPress
  • Si vous avez comme moi l’habitude de centrer les images horizontalement, est-ce que le centrage est correct ?
  • Est-ce qu’on visualise l’image en haute résolution en cliquant dessus ? C’est-à-dire sous Gutenberg, est-ce que l’image est liée au fichier média ?
  • L’image a-t-elle une légende et un texte alternatif ? Est-ce que le sujet de l’article est présent dans un ou plusieurs d’entre eux ?
Lien vers le fichier média d’une image

Créer et vérifier les liens internes et externes

C’est un aspect souvent oublié – y compris par moi -. Il ne faut pas hésiter à ajouter des liens dans son contenu, qu’ils soient internes (vers votre site) ou externes (vers d’autres sites). Une bonne utilisation des liens peut améliorer votre référencement !

N’hésitez pas à cliquer sur tous les liens de votre article pour vérifier leur bon fonctionnement – les fautes de frappes peuvent en effet aussi s’y glisser ! -.

Certains blogueurs conseillent de faire systématiquement ouvrir les liens dans un nouvel onglet. Si cela peut aider vos lecteurs néophytes en informatique qui ne savent pas le faire via le menu contextuel ou la touche Control, je trouve personnellement cette pratique insupportable. C’est à l’utilisateur de décider comment il veut ouvrir ses liens, et le blogueur n’a pas à lui imposer !

Relire et vérifier l’orthographe

Je repasse ensuite (pour la énième fois) mon texte en revue. Tout d’abord dans l’éditeur, pour voir si le correcteur orthographique n’a pas détecté une faute passée inaperçue. Ensuite, à nouveau, en prévisualisant mon article.

Le problème, c’est qu’à force de relire, on connaît son texte par cœur et on ne fait même plus attention à ce qui est réellement écrit !

Un conseil qui je vois passer assez souvent est de relire son article à haute voix; cela force à se concentrer sur le texte. Ainsi, on remarquera mieux les mots inutiles qui ont pu se glisser, ou les non-sens.

Prévoir les évolutions futures

On y est presque ! Mais tant qu’à faire, autant évaluer tout de suite le travail restant à fournir sur l’article lors des évolutions à venir.

J’utilise d’abord le compteur intégré à Gutenberg pour avoir une idée du nombre de mots de ma publication.

Statistiques du document sous Gutenberg

Mon but est d’arriver autant que possible à des articles d’environ deux mille mots, car la longueur des articles est déterminante dans leur référencement. Inutile pour autant de s’étaler systématiquement; certains articles resteront à jamais courts. Si un sujet peut être traité totalement en moins de mille mots, je ne vois pas l’intérêt de doubler sa taille artificiellement – au risque d’endormir le lecteur et au final, d’avoir un article ennuyeux à lire ! –

Chacun a des habitudes rédactionnelles qui lui sont propres. Certains sont capables de rédiger d’un trait un article de plusieurs milliers de mots. Je préfère pour ma part travailler par itérations successives. Afin de ne pas oublier les évolutions que je souhaite apporter à chaque article, j’ai créé un document Google Docs dans lequel je note mes idées pour les changements ultérieurs : compléments à ajouter, points à vérifier…

En plus de ces compléments à apporter, il est également bon de prévoir une relecture régulière des articles du blog. Sont-ils toujours à jour ? Sur beaucoup de sujet, il y a toujours des précisions à ajouter ultérieurement, des corrections à apporter… Garder ses articles « frais » est une excellente stratégie en terme de référencement !

Une fois l’article publié…

… vous n’en avez pas fini ! Voici encore quelques tâches à effectuer.

Vous pouvez le soumettre manuellement à la Google Search Console. Cet outil fera l’objet d’un article à venir, donc si ça ne vous dit rien, pas de panique ! Votre site sera de toutes façons parcouru régulièrement par Google, qui va donc indexer votre article lors de son prochain passage.

N’hésitez pas à effectuer une relecture directement sur votre portable, même après avoir effectué la prévisualisation conseillée auparavant.

On a déjà évoqué le fait d’ajouter des liens dans l’article. Mais tant qu’on n’y est, est-ce qu’il n’est pas possible de créer un lien depuis ou plusieurs articles existants vers l’article actuel ? Par exemple, lors quand je publierai mon article sur Google Search Console, ce sera l’occasion d’ajouter un lien depuis cet article ! Passez donc rapidement en revue les titres des articles existants pour voir si leur sujet n’est pas proche de celui de votre nouvel article.

Enfin, toujours en ce qui concerne les liens… est-ce que l’article devra apparaître dans un menu ou une page récapitulative (comme la liste des articles par niveau sur Un blog pas à pas) ? Si c’est le cas, autant le faire dès la publication de l’article, pour ne pas l’oublier !

A noter que je n’ai pas encore abordé la thématique du référencement avec Yoast SEO dans cette liste de vérifications. Si vous utilisez cette extension (ou une autre extension WordPress similaire), il est clair que son statut fait partie des choses à vérifier avant toute publication !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *