Les thèmes WordPress : présentation et gestion

Un thème, c’est quoi ?

Les thèmes WordPress sont dans un premier temps le meilleur moyen de personnaliser l’apparence de votre blog. En effet, parmi bien d’autres, ils peuvent contrôler les éléments suivants :

  • Mise en page des articles ainsi que de la page d’accueil
  • Police de caractère utilisée pour les titres, le texte
  • Position et apparence des menus
  • Couleurs de fond et des textes

S’il est possible de changer la plupart de ces caractéristiques manuellement, l’énorme avantage des thèmes est d’avoir un design cohérent pour l’ensemble du site.

Comment choisir son thème ?

Tout comme pour le choix de son hébergeur, les thèmes WordPress peuvent être gratuits ou payants. Je conseille dans un premier temps de se contenter d’un thème gratuit; en effet, le prix n’est pas forcément un indicateur de qualité. Quand on a débuté Endless Travel, on a fait l’erreur de choisir un thème payant. Au final, le site était très lent et difficile à personnaliser.

S’ils sont visuellement simples, les thèmes créés par l’équipe de WordPress (Twenty Seventeen, Twenty Nineteen, Twenty Twenty…) sont d’excellent qualité, car ils sont conçus pour exploiter au mieux les capacités de ce CMS.

De toutes façons, il est toujours possible de changer de thème plus tard. Mieux vaut dans un premier temps utiliser un thème assez simple et le personnaliser au fur et à mesure de ses envies; on verra par la suite comment utiliser le langage CSS dans ce but.

Installation d’un thème

La gestion des thèmes se fait via le menu Apparence / Thèmes. Cliquer sur le lien Ajouter un thème (à côté des thèmes installés) pour faire apparaître un nouvel écran.

Copie de l'écran montrant les thèmes mis en avant par WordPress
Les thèmes mis en avant par WordPress

Là, il est possible de visualiser une galerie de thèmes suivant différents critères : mis en avant, populaires, plus récents, etc… Il est aussi possible de restreindre la sélection à certaines fonctionnalités ou de rechercher un thème par son nom.

En cliquant sur un thème, vous verrez un peu plus en détail à quoi il ressemble, et pourrez décider de l’installer grâce au bouton en haut à gauche. Une fois installé, il est possible de l’activer directement; une autre possibilité est de le tester d’abord.

Pour cela, retournez sur l’écran initial des thèmes via Apparence / Thèmes, survolez le thème en question et sélectionnez Prévisualisation en direct.

Suppression d’un thème

Il faut une fois de plus se rendre sur l’écran des thèmes, et cliquer sur le thème à supprimer. Sur l’écran détaillé du thème, vous trouverez un bouton Supprimer en bas à droite. Il n’est bien sûr pas possible de supprimer le thème actuellement actif sur le site.

Détail d'un thème WordPress
Détail d’un thème WordPress

Les taxonomies WordPress : découvrir les catégories et étiquettes

Les catégories et les étiquettes sont un moyen simple d’organiser les articles de votre blog sous WordPress.

Ces deux concepts font partie de ce qu’on appelle dans le jargon WordPress des taxonomies – c’est à dire des moyens de regrouper des articles semblables -.

Voyons tout d’abord pourquoi il est important d’utiliser cette fonctionnalité, tant pour vos utilisateurs que du point de vue du référencement par les moteurs de recherche.

Pourquoi structurer son blog en utilisant des taxonomies ?

L’utilisation des catégories et étiquettes permet d’abord de faciliter la vie de vos lecteurs.

En effet, le gros avantage de ces taxomonies est de permettre de trouver facilement des articles similaires, sans passer par la recherche de votre site. Un simple clic sur une catégorie ou étiquette permet d’afficher les articles correspondants. Rien de plus facile !

L’autre bénéfice des taxonomies est d’aider les moteurs de recherche à comprendre la structure de votre site.

Ceux-ci sont friands de liens, qu’ils pointent vers d’autres articles de votre site ou vers l’extérieur. Comme les taxonomies permettent de créer automatiquement un maillage entre articles similaires, c’est autant d’informations supplémentaires à exploiter.

Les catégorie WordPress

La notion de catégorie permet d’organiser (potentiellement hiérarchiquement) les articles du site.

Par exemple, pour un site de cuisine, les catégories pourraient être les suivantes :

  • Recettes
    • Sucré
    • Salé
    • Apéritif
    • Boissons
  • Tour de main
  • Matériel
  • Ingrédients

Suivant le degré de précision souhaitée, la hiérarchie peut avoir une profondeur arbitraire. Par exemple, notre blog de voyage classe les articles de la façon suivante :

  • Destinations
    • Europe
      • France
      • Espagne
    • Amérique du nord
      • États-Unis
    • Asie
      • Chine
      • Laos
      • Thaïlande
  • Pratique
    • Les visas
    • Quel matériel choisir

S’il est possible d’assigner plusieurs catégories à un article, cela présente peu d’intérêt en pratique et peut même prêter à confusion.

Gestion des catégories

Un écran de gestion des catégories est accessible via la barre latérale en suivant Articles / Catégories. Cependant, le plus simple est de travailler directement depuis l’écran d’édition de l’article.

En sélectionnant Document dans la barre de droite, on voit que l’article a initialement la catégorie Non classé.

Réglages d'un document sous l'éditeur de blocs WordPress montrant la catégorie "non classée" sélectionnée
Catégorie par défaut des articles WordPress (non classé)

En cliquant sur Ajouter une nouvelle catégorie, on peut saisir son nom et sélectionner éventuellement une catégorie parente pour créer une hiérarchie. Si je crée par exemple la catégorie Recette, puis la catégorie Salé ayant Recettes comme parent, j’obtiens la hiérarchie suivante :

Réglages d'un document sous l'éditeur de blocs WordPress montrant plusieurs catégories sélectionnées et la fonctionnalité de création d'une catégorie
Création d’une hiérarchie (arborescence) de catégories

Pour affecter cette nouvelle catégorie à votre article, il faut alors décocher les catégories Recette et Non classé pour ne laisser plus que Salé coché.

Bien sûr, si vous désirez par la suite affecter une catégorie existante à d’autres articles, il ne sera pas nécessaire de repasser par l’étape de création : il suffira de cocher directement la catégorie désirée.

Affichage des catégories

La façon dont les catégories sont affichées dans votre blog dépend du thème utilisé. Elles sont souvent présentées en bas de l’article, à côté des étiquettes.

J’ai fait le choix d’afficher plutôt la catégorie sous forme de fil d’Ariane, juste sous le titre. Pour cela, j’utilise l’extension ayant le nom un peu barbare de Breadcrumb NavXT. Elle n’est cependant pas très facile à mettre en place; j’y reviendrai donc dans un article ultérieur.

Certains thèmes permettent aussi d’afficher une page spécifique de présentation de chaque catégorie. C’est cependant une fonctionnalité rarement utilisée. On envisage à terme de s’en servir sur notre blog pour présenter en détail chaque destination.

Une autre possibilité est d’assigner à chaque catégorie une image, par exemple via l’extension Taxonomy Images. Nous avons ainsi défini une image pour chaque continent et pays, ainsi qu’une courte description. Ces données sont ensuite utilisées pour générer automatiquement la page des destinations.

Les étiquettes WordPress

Tout comme les catégories, les étiquettes permettent permettent de regrouper les articles. Les deux différences principales entre ceux deux taxonomies sont les suivantes :

  • il n’y a pas de hiérarchie entre les étiquettes
  • Il est possible (et souhaitable) d’assigner plusieurs étiquettes à un même article

Les étiquettes permettent de grouper les articles suivant un thème donné.

Concrètement, pour un blog de cuisine, on peut avoir envie de les regrouper par mode de cuisson, par occasion, ou encore par type de cuisine. Ainsi, des étiquettes possibles seraient Tarte, Végétarien, Au four, Vite préparé, Sur le pouce, Dîner de fête

Pour un blog de voyage, on peut considérer la géographie de l’endroit, la durée du séjour, le type de visites… Ainsi, on utilise entre autres Montagne, Mer, Ville, Escapade, Week-end ou Architecture comme étiquettes.

Par rapport aux catégories, les étiquettes permettent une classification bien plus souple. Il faut cependant éviter d’en créer trop, ce qui deviendrait vite ingérable.

Mon conseil est de créer une nouvelle étiquette uniquement si elle regroupe un nombre minimum d’articles, par exemple cinq ou plus. En-dessous, cela a peu de sens de les regrouper.

Assigner une ou plusieurs étiquettes à un article

Comme pour les catégories, un écran dédié de gestion est disponible via Articles / Catégories. Mais là encore, il est bien plus confortable de les gérer directement en éditant un article.

Le bloc de gestion des étiquettes est situé directement en-dessous de celui des catégories. Pour créer une étiquette, tapez son nom dans l’espace en-dessous de Ajouter une étiquette et appuyez sur la touche Entrée. Il est possible d’en assigner plusieurs, ou d’en retirer en cliquant sur la croix située à coté de leur intitulé.

Plusieurs étiquettes sélectionnées dans l'éditeur de blocs de WordPress

Par la suite, pour réutiliser une catégorie existante, il suffit de commencer à taper son nom dans le même espace; WordPress affichera alors les catégories commençant par ces caractères.

Affichage des étiquettes

Tout comme pour l’affichage des catégories, c’est le thème utilisé qui décidera de l’emplacement des étiquettes; celui-ci peut être paramétrable.

Utilisation des catégories et étiquettes pour affichage des articles liés

Sur Endless Travel, nous affichons en bas de chaque article une mosaïque présentant un ou plusieurs articles en lien avec l’article courant.

Exemple d’articles liés

Cette fonctionnalité est fournie par l’extension YARPP (Yet Another Related Posts Plugin). Si d’autres extensions similaires existent, je trouve que YARPP est de loin celle qui fournit les résultats les plus pertinents.

En effet, la plupart des autres extensions du même type se contentent de sélectionner les articles dans la même catégorie. Dans le cas de YARPP, il est possible de choisir d’utiliser :

  • Le titre de l’article
  • Son contenu
  • Les catégories
  • Les étiquettes

Cette extension fournit même la possibilité de choisir d’affecter à certains critères un poids plus ou moins important. Après un peu d’expérimentation, j’ai choisi de sur-pondérer les catégories, et de nécessiter au moins une étiquette en commun.

Réglages de l'extension YARPP

A noter que pendant assez longtemps, YARPP a eu assez mauvaise presse; en effet, cette extension a été accusée de ralentir les sites qui l’utilisent. Je n’ai cependant constaté aucun problème de ce type.

Les mises à jour de WordPress et de ses composants

Les mises à jour de WordPress, pourquoi faire ?

Comme tout programme informatique, WordPress et ses éléments ont des bugs. Même si la majorité d’entre eux passent inaperçus, il se peut que certains d’entre eux posent des problèmes de sécurité. Par exemple, en février 2020, une faille de sécurité dans une extension fournie avec un thème populaire a mis en danger les 200 000 sites l’utilisant !

Il est donc vital de mettre à jour WordPress et ses composants régulièrement (et comme on le verra plus tard, d’effectuer une sauvegarde régulière de son blog).

De plus, les évolutions permettent aussi de fournir de nouvelles fonctionnalités.

Vérifier la disponibilité des mises à jour de WordPress

La présence de mise à jour est signalée de deux façons différentes.

Tout d’abord, dans la barre d’administration, par un petit cercle formé par deux flèches . Le chiffre indiqué à côté est le nombre de mises à jour disponibles : par exemple, ici, une mise à jour est disponible.

Affichage des mises à jour WordPress dans la barre d'outils
Affichage des mises à jour WordPress dans la barre d’outils

De façon plus visible, la barre latérale indiquera en rouge le nombre total de mises à jour disponibles, ainsi que le nombre de mises à jour d’extensions. On voit que parmi les cinq mises à jour disponibles, une concerne les extensions.

Barre latérale de WordPress montrant des mises à jour disponibles
Mises à jour WordPress dans la barre latérale

Il suffit de cliquer sur l’icône ou sur le menu Tableau de bord / Mises à jour de la barre latérale pour faire apparaître l’écran des mises à jour.

Celui-ci est subdivisé en plusieurs sections, correspondant chacune à un type d’élément : WordPress lui-même, les extensions, les thèmes, et les traductions.

Mise à jour du coeur de WordPress

WordPress est lui même mis à jour régulièrement. Si la plupart de ces mises à jour ne proposent que de légers changements, les versions majeures apportent de grosses modifications à son fonctionnement.

Par exemple, dans la version 5.0 sortie fin 2018, le nouvel éditeur de blocs (anciennement nommé Gutenberg) a révolutionné la façon d’écrire le contenu des articles.

Si une mise à jour est disponible, une notification telle que celle-ci devrait s’afficher :

Mises à jour de WordPress
Mises à jour de WordPress

Vous remarquerez que le message de WordPress incite à faire une sauvegarde du site avant d’appliquer la mise à jour. Nous verrons par la suite comment installer une extension qui s’en chargera automatiquement.

La mise à jour se fait via le bouton Mettre à jour maintenant (attention à bien sélectionner celui de la version française, reconnaissable à la présence de fr dans le lien, et non pas celle qui finit en en_US.

Notez que pendant la durée de la mise à jour, le blog ne sera plus accessible aux visiteurs : WordPress affichera à la place un message indiquant que le site est en maintenance. C’est le cas pour tout type de mise à jour; dans le cas d’un site à fort trafic, il est conseillé d’effectuer les mises à jour à une plage horaire où il reçoit peu de visites.

Mise à jour des extensions

WordPress liste ensuite les extensions qu’on peut mettre à jour. Nous verrons bientôt comment gérer les extensions; pour l’instant, contentons-nous de mettre à jour celles qui le nécessitent.

Dans mon cas, l’extension Akismet nécessite une mise à jour.

Mise à jour disponible pour l'extension Akismet
Mise à jour disponible pour l’extension Akismet

Il est possible d’avoir des détails sur les changements induits par la mise à jour en cliquant sur « Afficher les détails de la version ».

Pour effectuer la mise à jour, il suffit de cliquer sur la case à gauche de Tout sélectionner, puis sur le bouton Mettre à jour les extensions. Suivant le nombre de mises à jour, le processus peut prendre un certain temps. Quand il est terminé, le message « Toutes les mises à jour sont terminées » s’affiche.

Résultat de la mise à jour des extensions

Il est également possible d’effectuer la mise à jour directement depuis l’écran des extensions. Pour cela, aller dans le menu Extensions / Extensions installées. Une notification telle que celle ci-dessous apparaît pour les extensions qui ne sont pas à jour :

Disponibilité d'une mise à jour de Akismet sur l'écran des extensions
Disponibilité d’une mise à jour de Akismet sur l’écran des extensions

Il suffit de cliquer alors sur le lien mettre à jour maintenant apparaissant dans le texte mis en valeur.

Mise à jour des thèmes

Elle se fait de la même façon que pour les extensions, sur l’écran des mises à jour. Nous verrons par la suite en détail comment gérer les thèmes.

Liste de thèmes nécessitant une mise à jour
Liste de thèmes nécessitant une mise à jour

Mise à jour des traductions

Si des traductions mises à jour sont disponibles, le bouton Mettre à jour les traductions permet d’effectuer cette opération en un clic.

Une fois les diverses mises à jour appliquées, l’écran Tableau de bord / Mises à jour devrait ressembler à ceci :

WordPress totalement à jour
WordPress totalement à jour

Mises à jour automatiques de WordPress

Certaines mises à jour de WordPress sont appliquées automatiquement; il s’agit de celles contenant principalement des corrections de bug. Lors de la sortie des versions mineures, vous recevrez une notification par e-mail.

Les versions mineures ne sont sensée comporter que des corrections et évolutions à la marge; il y a donc peu de risque que cette mise à jour automatique casse quelque chose sur votre blog. Par contre, cela permet de réduire la vulnérabilité de votre site si vous ne vous connectez pas régulièrement à l’interface d’administration de WordPress.

De la même façon, certaines extensions permettent de choisir entre plusieurs modes de mise à jour :

  • manuelle; il faudra alors utiliser la procédure ci-dessous
  • totalement automatique : les mises à jour sont systématiquement installées, sans intervention de l’utilisateur
  • automatique pour les mises à jour de sécurité (conseillé)

La prochaine mise à jour majeure de WordPress devrait appliquer automatiquement certaines mises à jour des extensions et thèmes. Je prévois donc de modifier cet article en conséquence à sa sortie !

Mise à jour automatique chez SiteGround

Dans l’onglet « Websites » de votre interface d’administration SiteGround, cliquez sur « WordPress Kit » de votre site web, et choisissez « AutoUpdate » dans l’écran qui apparaît.

Le kit "WordPress" de SiteGround
Le kit « WordPress » de SiteGround

Sur l’écran suivant, il sera possible de paramétrer le délai de mise à jour suivant le type de version (majeure / mineure), et d’activer / désactiver la mise à jour des extensions.

Statut de la mise à jour automatique chez SiteGround
Statut de la mise à jour automatique chez SiteGround

Concrètement, les mises à jour majeures (« Major releases ») introduisent parfois des gros changements. Il est donc bon d’avoir un peu de temps pour s’y préparer. Du coup, j’ai paramétré la durée maximale possible (72 heures).

Par contre, les mises à jour mineures (« Minor releases ») sont souvent sans conséquence en termes de fonctionnalités. J’ai donc choisi de les appliquer immédiatement.

Surtout, j’ai validé l’option de mise à jour des extensions, qui sont le maillon faible de WordPress du point de vue de la sécurité !

A noter que si cette fonctionnalité est un excellent choix en terme de sécurité, elle a aussi un défaut gênant. En effet, lors des mises à jour, il n’est pas rare que des conflits apparaissent entre deux extensions. Les mises à jour effectuées par SiteGround étant transparentes, il peut être difficile de comprendre la cause du dysfonctionnement d’une extension !

De même, il peut être bon d’avoir un peu de temps pour passer à une version majeure, à cause des changements engendrés (et de la probabilité de bugs !). J’avais l’habitude d’attendre que quelques versions passent avant de procéder à une telle mise à jour; ce n’est pas possible chez SiteGround. Un peu plus de flexibilité ne ferait pas de mal !